Press "Enter" to skip to content

Béla BARTÓK

Voici une très courte biographie du compositeur

Béla Viktor János BARTÓK est né le 26 mars 1881 dans la région du Banat à Nagyszentmiklós en Hongrie, actuellement Sânnicolau Mare, ville située en Roumanie à une soixantaine de kilomètres au nord-ouest de Timisoara, ville d’où est partie la révolution roumaine en 1989.

Armoiries de Sânnicolau Mare
Béla BARTÓK
Carte de la Roumanie. Dans l’ovale rouge les villes de Timisoara et de Sannicolau Mare

La formation de la Roumanie. On constate que la région de Timisoara a été acquise par la Roumanie en 1919-1920.

Son père était directeur d’une école d’agriculture et il décède alors que Béla n’a que 7 ans. Sa mère reprend alors son métier d’institutrice pour l’élever ainsi que sa sœur Elza. Les changements de poste occasionneront de nombreux déménagements.

La jeunesse du compositeur est marquée par la maladie ce qui peut expliquer sa tendance à l’isolement.

Bartók travaille le piano et l’harmonie (science des accords), va souvent au concert et à l’opéra où il découvre Bach, Brahms, Wagner.

Il termine ses études secondaires en 1899 et entre à l’Académie Royale de Musique de Budapest. Il se consacre uniquement au piano et abandonne la composition à laquelle il reviendra en 1902 après avoir entendu « Ainsi parlait Zarathoustra » le poème symphonique de Richard Strauss d’après l’œuvre de Friedrich Nietzsche.

Richard STRAUSS (Allemagne 1864-1949)
Friedrich NIETZSCHE (Allemagne 1844-1900)

Il se laisse prendre au courant nationaliste hongrois et en 1905 il découvre les chants populaires hongrois puis roumains et slovaques.

Avec Zoltán Kodály (compositeur hongrois 1882-1967) il entreprend de collectionner et recenser ce patrimoine mélodique.

Zoltan KODALY (Hongrie 1882-1967)

Il va alors se consacrer à cette double activité : recherche ethno-musicale et composition.

En 1907 il est nommé professeur de piano à l’Académie Royale de Musique de Budapest.

En 1909 il épouse Márta Ziegler, son élève alors âgée de 16 ans et dont il se séparera en 1923.

Ses compositions ne rencontrant qu’un accueil limité Bartók se détourne de la vie musicale pendant plusieurs années tout en continuant à composer dans l’ombre.

En 1923 il connaît un premier succès international avec les suites de danses, il se remarie et poursuit ses recherches sur le folklore.

En 1934 il abandonne son poste à Académie Royale pour se consacrer à ses recherches, il se produit comme pianiste et entreprend des voyages d’études à l’étranger, notamment en Turquie.

De 1936 à 1940, chaque année il donnera naissance à un chef-d’œuvre.

En 1940 Bartók émigre aux États-Unis. A New-York il est chargé de recherches à l’Université de Columbia. Il donne des conférences, des concerts et des leçons. Mais il est peu payé et le couple Bartók vit modestement. La santé du compositeur décline rapidement et il doit renoncer à sa carrière de pianiste.

En 1943 il reçoit une commande de composition pour orchestre, ce sera le fameux Concerto pour Orchestre qui connut immédiatement un grand succès

De nombreuses commandes, trop tardives, arrivent alors.

Bartók meurt à New-York le 26 septembre 1945 alors qu’il achevait son troisième concerto pour piano.

Tombe de Béla BARTÓK

Son œuvre

1- Musique instrumentale

Pour le piano:

De très nombreuses pièces parmi lesquelles 14 bagatelles, 10 pièces faciles, 85 chansons populaires hongroises et slovaques, 2 danses roumaines, les danses populaires roumaines, des Noëls Roumains, 15 chansons paysannes hongroises, des études, Mikrokosmos (6 volumes de pièces progressives)

Musique de chambre:

Sonates, duos, rhapsodies, quatuors à cordes

Pour orchestre

Quatre pièces pour orchestre, danses populaires roumaines, suites de danses, Musique pour instruments à cordes, percussions et célesta, concertos, rhapsodies.2.

2- Musique vocale

Chant et piano, chœur d’hommes, chœur de femmes, chœur mixte, chœur d’enfants a cappella ou avec orchestre.

3- Pour le théâtre

Le Château de Barbe Bleue, drame lyrique

Le Prince en Bois, poème chorégraphique

Le Mandarin Merveilleux, pantomime en un acte

4- Écrits théoriques

Une méthode de piano (1913)

Les Débutants au piano, morceaux pour la méthode

Nombreux articles et ouvrages sur la musique populaire hongroise, slovaque et roumaine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *