Press "Enter" to skip to content

Analyse de l’œuvre

De façon tout à fait arbitraire j’ai « découpé » la pièce en 6 sections.

Section 1

Le premier thème « A » est introduit par un trille suivi d’un long glissando de clarinette.
Un trille est la répétition rapide de deux notes voisines .
Un glissando est le fait de glisser d’une note à l’autre sans interruption de son.

Trille
Glissando

Pour la petite histoire le trille était initialement suivi d’une double gamme ascendante. Lors d’une répétition le clarinettiste Ross Gorman la remplaça par un superbe glissando sur 17 notes que Gershwin adopta immédiatement.

Écoutons l’introduction:

Introduction

Vient le premier thème exposé à la clarinette. La clarinette basse, le cor et le trombone lui répondent.

Thème A

Le deuxième thème B, joué en notes régulières et répétées est exposé au trombone :

Thème B

Le thème A est rejoué à la trompette bouchée. Quelques mots sur cet instrument. On appelle trompette bouchée un instrument dans le pavillon duquel on introduit une sourdine pour adoucir, étouffer le son ou lui donner un caractère spécial.

Il existe plusieurs sortes de sourdines, en voici quelques unes.

Notez que l’on peut également utiliser des sourdines sur les autres cuivres : trombone, cor, tuba.
Les cordes frottées peuvent être munies d’une sourdine, sorte de peigne que l’on pose sur le chevalet.
Certains pianos sont aussi dotés d’une sourdine, voile de feutre qui vient se poser contre les cordes.

Écoutons ce thème A joué par la trompette bouchée avec la sourdine wa-wa

A, trompette avec sourdine wah-wah

Le piano intervient enfin et expose seul le thème C :

Thème C, piano

Piano et orchestre reprennent le thème A :

Thème A, piano et orchestre

Voici toute la section 1:

Section 1
Plan de la section 1

Section 2

La deuxième section commence par un solo de piano qui expose cette fois tout le thème C.

Thème C, piano

Après une longue gamme ascendante il reprend ensuite le thème A avec en réponse l’incipit de C donné à la clarinette basse.

Thème A, piano, réponse clarinette basse

Le piano reprend une fois encore le thème C

Thème C, piano

C’est l’orchestre qui reprend ensuite le thème A dans un mouvement rapide et fortissimo. La flûte et le hautbois apportent de courtes réponses.

Thème A, orchestre

Le trombone joue le thème A à son tour. Le passage se termine par une note de la trompette jouée en « flatterzunge » sur lequel je reviendrai tout de suite après.

Thème A, trombone

Pour nous remettre tout cela en mémoire nous écoutons toute la section 2.

Section 2
Plan de la section 2

Section 3

Le « flatterzunge » est un mouvement très rapide de la langue qui donne un caractère particulier à la note jouée.
Composé de deux mots allemands « flattern » qui signifie voleter ou encore folâtrer au sens figuré et « Zunge » qui veut dire langue, ce terme pour les instruments à vent, indique un battement très rapide, en quelque sorte un roulement de la langue, identique au roulement d’un percussionniste sur la peau de la cymbale et qui crée une sorte de trémolo.
C’est par cet ornement à la trompette que commence la troisième section.

« Flatterzunge » à la trompette

Et ce Flatterzunge amène un nouveau thème D à la trompette :

Thème D

La clarinette reprend le thème B :

Thème B à la clarinette

Puis l’orchestre se saisit à nouveau du thème B :

Thème B par l’orchestre

Le piano reprend le même thème après quatre accords fortissimo de l’orchestre:

Thème B au piano

Le thème A revient au piano :

Thème A au piano

Nous pouvons écouter maintenant toute la section 3.

Section 3
Plan de la section 3

Section 4

La quatrième section ne présente qu’un seul thème E que nous entendrons trois fois:
1- Tout d’abord la mélodie est jouée au piano solo dans un registre grave et un tempo très libre. (On appelle tempo la vitesse à laquelle un morceau est exécuté.)
2- Puis le piano le reprend dans un style jazz, avec des accords à la main gauche.
3- Une troisième fois le piano le rejoue dans un tempo rapide.

Section 4
Plan de la section 4

Section 5

Nous n’entendrons qu’un seul thème également dans la 5ème section, le plus mélodieux, le plus doux de toute l’œuvre, le thème F.
1- Il est d’abord exposé par l’orchestre sans les cuivres où seuls les cors répondent trois notes en chromatisme.
2- Sur des roulements de caisse claire il est repris par tout l’orchestre et c’est le piano qui lui répond.
3- Le thème est repris par le piano solo avec des rappels du thème C.
4- Finalement les cuivres reprennent trois fois dans un crescendo et un tempo rapide le début du thème en le transposant chaque fois dans une tonalité plus aiguë (modulations). On remarquera le sforzando des cuivres sur les notes longues.

Section 5
Plan de la section 5

Section 6

La dernière section forme la conclusion.

Après un accord dissonant des cuivres et une montée chromatique rapide en crescendo sur roulement de caisse claire le mouvement ralenti.
On entend ensuite le piano jouer le thème B marcato. Sur des accords très marqués de l’orchestre.
Après trois accords fortissimo de l’orchestre on entend le tutti jouer le thème principal A ponctué de coups de cymbales.
Sur des notes tenues en crescendo de l’orchestre le piano reprend l’incipit de C fortissimo.

Section 6
Plan de la section 6
Rhapsody in Blue

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *