Press "Enter" to skip to content

Dans les Steppes de l’Asie Centrale, guide d’écoute

Le poème symphonique

Dans les Steppes de l’Asie Centrale est un poème symphonique.
Le poème symphonique est une composition pour orchestre de forme libre et généralement en un seul mouvement.
Ce genre musical s’appuie sur un élément extra-musical. Il est apparu au 19ème siècle à l’époque ou l’orchestre se développe, où les compositeurs recherchent de nouvelles sonorités, une nouvelle expression orchestrale. Bois, cuivres et percussions prennent davantage de place.
Le poème symphonique est une forme de musique à programme, une composition liée à une action et dans laquelle les passages descriptifs sont nombreux et revêtent une importance capitale. Une œuvre descriptive évoque musicalement : un lieu, un paysage, une époque, une aventure, un personnage, une légende, un événement climatique, une idée, un sentiment…

Le programme

C’est Borodine lui-même qui rédigea le descriptif de son œuvre composée au départ pour piano en 1880. Rimsky-Korsakov l’orchestra et c’est cette version que nous connaissons.

Voici ce programme :
« Dans le silence des steppes sablonneuses de l’Asie Centrale retentit le refrain d’une paisible chanson russe. On entend également des chants mélancoliques de l’Orient et le pas des chevaux et des chameaux qui s’approchent.
Une caravane escortée par des soldats russes traverse le désert.
Elle poursuit sans crainte son long voyage, s’abandonnant avec confiance à la garde de la force guerrière. Elle va plus loin, toujours plus loin. Chants russes et indigènes se confondent dans une même harmonie…
Peu à peu ils s’affaiblissent en s’éloignant et finissent par se perdre dans l’immensité de la steppe ».

Pour comprendre l’œuvre

Quatre éléments constituent cette pièce :

  • un son tenu qui symbolise l’horizon à perte de vue
  • un thème « carré », martial, le chant des soldats russes
  • un thème plus ondoyant, plus suave, plus oriental, le chant de la caravane
  • des contretemps évoquant les pas des chevaux et des chameaux

Pour évoquer le déplacement de la caravane Borodine utilise un long crescendo (la caravane approche), un passage fortissimo (très fort, la caravane passe devant nous) puis un rapide decrescendo (la caravane s’éloigne).

Ce procédé est fréquemment utilisé en musique pour évoquer le mouvement, l’approche, l’éloignement… (Ex. Le Chœur des Pèlerins dans Tannhaüser de Richard Wagner, le prélude de l’acte 1 dans Lohengrin du même Wagner, Régiment Fantôme de Leroy Anderson…)

Voici les principales nuances utilisées en musique:

Déroulement

Tout commence par une très courte introduction de 4 mesures : un son très aigu joué pianissimo par un premier et un second violon rejoints par la flûte puis le hautbois. Ce son sera tenu par les violons pendant 90 mesures.

Vient immédiatement le premier thème, le chant russe joué par la clarinette.

Chant des soldats russes
Introduction et chant des soldats russes

Ce thème est repris par le cor.

Cor d’harmonie

Les pas des chevaux et des chameaux sont alors évoqués par les violoncelles avec des contretemps des altos.

Pas des chevaux et des chameaux

Le cor anglais expose ensuite le deuxième thème, plus mélodique, plus gracieux, le chant de la caravane, chant des indigènes.

Chant de la caravane
Chant de la caravane

Ce thème est fait de trois phrases et a la forme a-b-a.

Première phrase, a
Deuxième phrase, b
Troisième phrase, identique à la première, a

A nouveau les pas des animaux se font entendre.

A partir du passage qui suit le son aigu s’arrête et le chant des guerriers russes revient trois fois successivement par les bois, puis les cuivres puis par tout l’orchestre, avec de forts accents dans un fortissimo qui sera le point central du poème symphonique. Ensuite l’intensité sonore diminuera jusqu’au pianissimo final.

Plage5

Chant russe par les bois
Chant russe par les cuivres
Chant russe par tout l’orchestre.

On entend encore les pas des animaux.

Le chant de la caravane est repris par les violons et le cor anglais dans le médium (phrases a et b).

Chant de la caravane (médium)

Il se fait à nouveau entendre par les cordes dans l’aigu d’abord puis dans le médium (2 fois la phrase a).

Chant de la caravane (aigu puis médium)

Vient ensuite un passage dans lequel les deux thèmes se superposent :

Pendant que le hautbois joue deux fois le thème russe, le thème de la caravane est joué tout d’abord dans un registre médium par les violons puis dans le grave par les violoncelles.

Thèmes superposés
Thèmes superposés

La caravane s’éloigne, on n’entend plus que l’incipit (les premières notes) du chant russe joué successivement par le cor, la clarinette, le cor anglais , le hautbois, les premiers violons, le hautbois, deux fois plus lentement.

Incipit du chant russe

La clarinette reprend une dernière fois la chant russe deux fois plus lentement. La son aigu se fait entendre à nouveau pendant que les pas des animaux s’estompent.

Chant russe plus lent

La flûte solo rejoue le thème russe à la vitesse normale et tient la dernière note pianissimo.

Chant russe

Voici sous forme de tableau le déroulement complet de l’œuvre que vous pourrez suivre pendant l’écoute intégrale.
Le chant des soldats russe y a été parfois remplacé par la lettre R et celui de la caravane par la lettre C par souci de clarté et de gain de place.

Dans les steppes de l’Asie Centrale
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *