Press "Enter" to skip to content

Historique du Boléro de Ravel

Ida RUBINSTEIN

En 1927 Ida Rubinstein, amie de Ravel, danseuse, mécène et productrice (1885-1960) commande au compositeur un ballet espagnol. Ravel pense à une orchestration de « Ibéria » d’Isaac Albeniz pour une chorégraphie, mais il apprend que les droits sont détenus par un autre compositeur et il abandonne donc ce travail.

Isaac ALBENIZ (Espagne, 1860-1909)

Un jour il joue la mélodie du futur Boléro devant un ami. Trouvant que ce thème a « de l’insistance » il dit: « Je vais essayer de le redire un bon nombre de fois, sans aucun développement, en graduant de mon mieux mon orchestre ».
C’est ainsi que le Boléro devient un extraordinaire exercice d’orchestration.

L’œuvre fut créée en 1928 à l’Opéra Garnier et éditée l’année suivante. La version pour orchestre seul fut dirigée par Ravel lui-même en 1930.
Le Boléro rapporte chaque année environ 1,5 million d’euros de droits d’auteur. Dans le domaine public en Europe depuis janvier 2008, il resta protégé en France jusqu’en 2016.

Ravel disait lui-même: « Mon chef-d’œuvre? Le Boléro, voyons! Malheureusement il est vide de musique. »
Une autre fois à la sortie d’un concert où l’on avait donné le Boléro une auditrice sort en criant: « Au fou! Au fou! » Ravel, mis au courant aurait dit: « Celle-là, elle a compris ».

Cette œuvre singulière, que Ravel disait considérer comme une simple étude d’orchestration, a fait l’objet dès sa création d’une très large diffusion jusqu’à devenir, de nos jours encore, une des œuvres musicales les plus jouées dans le monde.
D’après Ravel, « c’est une danse d’un mouvement très modéré et constamment uniforme, tant par la mélodie que par l’harmonie et le rythme, ce dernier marqué sans cesse par le tambour. Le seul élément de diversité y est apporté par le crescendo orchestral ».

A part la chorégraphie d’Ida Rubinstein, les chorégraphies les plus célèbres sont celles de Serge Lifar en 1941 et celle de Maurice Béjart en 1961 reprise à la fin du film « Les uns et les autres » de Claude Lelouch en 1981.

Maurice BÉJART (France, 1927-2007)


Serge LIFAR (Russie -France, 1905-1986)
Claude LELOUCH (France, 30/10/1937)

La partition manuscrite du Boléro, document au crayon de plus de trente pages, a été acquise en 1992 par l’État français, qui a usé de son droit de préemption pour la somme de 1,8 million de francs (près de 275 000 euros). La Bibliothèque Nationale de France en est actuellement dépositaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *