Press "Enter" to skip to content

Rhapsodie in blue, genèse de l’œuvre

En 1924 Gershwin découvre dans un article de presse que le chef d’orchestre de jazz Paul WHITEMAN allait créer une de ses œuvres un mois plus tard. Plutôt que de se vexer d’un tel procédé, Gershwin relève le défi et compose très rapidement Rhapsody in Blue pour deux pianos. C’est dans un train entre New-York et Boston que le premier thème est venu à l’idée du compositeur. La pièce est créée le 12 février 1924 à New-York et connaît immédiatement un énorme succès.

Paul Whiteman

Whiteman demande alors à Gershwin de l’orchestrer. Mais si Gershwin est excellent pianiste et mélodiste de talent, il est en grande partie autodidacte et n’a pas une grande connaissance de l’orchestration. Il fait donc appel à Ferde GROFÉ , compositeur, pianiste et arrangeur de l’orchestre de Whiteman.

Grofé réalise deux orchestrations en 1926, l’une pour grand orchestre de jazz et l’autre pour orchestre symphonique.

Ferde Grofé

Tout d’une seule pièce la « Rhapsody in Blue » est très proche du concerto pour piano et orchestre. Rappelons que dans le concerto, pièce en trois mouvements, un instrument est mis en valeur avec un accompagnement d’orchestre.

Le mot « blue », bien que le jazz soit constamment présent dans cette rhapsodie ne se réfère pas au « blues ». Il évoque tout simplement la couleur bleue.

Nul doute qu’avec cette œuvre Gershwin est devenu l’un des fondateurs de la musique symphonique américaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *