Press "Enter" to skip to content

Sur un marché persan

Cette œuvre (6 minutes 30 environ) évoque la vie foisonnante et exotique d’un marché oriental.
En voici le programme :

Les chameliers s’approchent du marché on entend dans le tumulte les mendiants réclamer leur « bakchich ». La belle princesse entourée de ses servantes fait son apparition et s’arrête pour regarder les jongleurs et charmeurs de serpents. L’arrivée du Calife interrompt l’entrain du marché, les mendiants se font réentendre, la princesse prépare son départ et les chameliers continuent leur chemin. Les thèmes de la princesse et des chameliers s’éteignent dans le lointain et le marché devient désert.

Ainsi, la musique décrit successivement:

  • A – l’entrée des chameliers et la démarche majestueuse de leurs montures
  • B – le chant des mendiants demandant l’aumône
  • C – la danse de la belle princesse
  • D – un numéro de jongleurs
  • E – les charmeurs de serpents
  • F – le passage solennel du Calife visitant le marché

Après une très courte introduction qui nous fait entendre sur deux notes le pas des chameaux, les marchands arrivent.
Le thème A est exposé à la flûte.
De plus en plus de chameliers entrent sur le marché. Donc de plus en plus d’instruments s’ajoutent, ce qui donne un effet de crescendo. Tout l’orchestre reprend le thème.

Thème A (Les marchands)

Les mendiants réclament leur « bakchich ». Ce thème est chanté par un chœur d’hommes. Il est fait de deux phrases de 8 mesures chacune: b1! – b2. et sera joué deux fois.

b1! est une phrase suspensive ou une question (elle suppose une suite et est suivie d’un point d’exclamation) alors que b2. est conclusive, c’est la réponse et elle est suivie d’un point.
On dit aussi que b1 est l’antécédent et b2 le conséquent.

Thème B (Les mendiants)

Changement d’ambiance et de tonalité. Il fallait au moins un thème féminin dans cette effervescence. Le voici, très gracieux qui évoque la danse d’une jolie princesse. Le calme et la douceur font suite au thème très viril des mendiants.
Cette grâce est évoquée par la harpe qui joue une brève introduction de 4 accords.

Le thème C est d’abord joué au violoncelle, deux fois puis par tout l’orchestre, deux fois également.
Dans ce thème on trouvera également deux phrases, la question et la réponse.

Thème C ( La princesse)

Arrive un thème agile et léger, celui des jongleurs, joué deux fois.

Thème D (Les jongleurs)

Vient ensuite le thème très oriental des charmeurs de serpents, en deux parties, la première faite d’une phrase jouée deux fois (dans l’aigu puis dans le médium), la deuxième de deux motifs de cinq notes qui alternent, le premier ascendant, le second descendant puis qui vont laisser la place à deux notes voisines qui se succèdent et amènent le thème suivant.

Thème E (Les charmeurs de serpents)

Le calife passe sur le marché: thème martial, solennel en deux parties la première aiguë, la deuxième grave.
Mais le calife ne s’attarde pas, il ne fait que passer. Le thème est joué dans un decrescendo.

Thème F (Le calife)

Tous les thèmes ont été exposés, certains vont revenir:
Les mendiants continuent de quémander, la princesse s’apprête à quitter le marché, les chameliers s’éloignent peu à peu, la princesse s’en va, laissant derrière elle cette jolie mélodie jouée par les violons puis la clarinette et enfin le basson. Enfin le marché se vide… Un accord de l’orchestre marque la fin de la pièce.

Sur un marché persan

Petits suppléments

Arrangement pour orchestre chinois

Il manque des thèmes… Les avez-vous repérés? Écoutez à nouveau…

Ceux qui, comme moi, ont connu la télévision en noir et blanc, à l’époque où nous ne pouvions regarder qu’une seule chaîne se souviennent peut-être d’un certain Mac Ronay, (Germain SAUVARD 1913-2004) magicien qui rate tous ses tours, et tueur dans « Les Tontons Flingueurs ». Ce maladroit dresseur de puces se produisait sur le thème des chameliers au piano.

Allez voir un de ces numéros sur

https://www.facebook.com/mankaimagie/videos/1093551800755705/?t=20

Serge GAINSBOURG a beaucoup utilisé de thèmes de musique classique dans ses chansons. Pour « My Lady Héroïne » , en 1977, il écrit les paroles sur le thème de la princesse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *